Accueil

Kézako

Studens se veut un nouvel outil d’aide à la recherche, un « portail des mémoires étudiantes ». Studens, signifie « en étudiant » en latin : au-delà des engagements étudiants, ce portail replace ceux-ci dans tous ses contextes (mouvements sociaux, jeunesses, institutions universitaires, …).

Deux principaux constats sont à l’origine de cette initiative :

a- les ressources et archives des mouvements étudiants sont fragiles et souvent en danger. Elles sont éclatées entre de nombreux lieux de conservation. Leur histoire reste très peu connue du grand public, alors qu’elle constitue un important capital d’expériences pour l’ensemble de la société.

b- ce patrimoine, une fois numérisé et accessible, sera aussi mis dans son contexte de production archivistique, ce qui renforcera sa valorisation par la recherche et d’autres activités, y compris dans une logique d’ « économie sociale et solidaire de la connaissance ».

Les objectifs de Studens

1- Faciliter l’accès aux documents numérisés (type témoignages oraux d’anciens responsables étudiants, rapports de congrès d’organisations étudiantes représentatives, procès-verbaux de conseils, voire résultats et professions de foi des élections étudiantes dans les universités).

2-  Faciliter l’accès aux instruments de recherche des fonds d’archives dans lesquels se trouvent ces documents. Fonds d’archives conservés à la Cité des mémoires étudiantes mais également dans d’autres institutions (moissonnage via des entrepôts OAI).

3-  Permettre l’interrogation aux deux niveaux précédents de ces inventaires et ressources, mais aussi d’autres inventaires ou ressources conservés par d’autres structures et étant moissonnables par notre moteur de recherche.

 

Il s’agit de faire des ressources archivistiques ou documentaires sur les mouvements étudiants de réelles ressources numériques, non seulement numérisées et accessibles sur internet, mais aussi enrichies de leurs contextes de production archivistiques et documentaires.
Au-delà de l’enrichissement de portails tels Gallica ou Europeana, l’objectif ultime est de permettre un développement des recherches et autres usages pédagogiques, culturels et citoyens à partir de ces ressources. Avis aux amatrices et amateurs !

 

La Cité des mémoires étudiantes a pour objectif la sauvegarde et la valorisation des ressources documentaires et des archives des engagements étudiants quel que soit le support (papier, audiovisuel, numérique…) ou le type de producteur (structures, mobilisations, militants…).

 

Notre Cité, s’appuyant sur une expérience commencée à l’aube des années 2000, se veut un pôle patrimonial pilote : encourager la sauvegarde et le traitement des archives étudiantes, contribuer à amplifier leur valorisation tant par la recherche que par l’animation culturelle et citoyenne. Autour de ses équipes permanente et bénévole, elle peut accueillir stagiaires, volontaires…

 

Le projet d’une Cité des mémoires étudiantes s’inscrit dans le prolongement de cinq années de préfiguration, à Reims, d’un Centre de ressources dédié aux mémoires étudiantes (Mission CAARME) qui ont permis, non seulement, de promouvoir ce projet original dans le paysage national patrimonial et militant étudiant, mais aussi d’entamer et d’expérimenter le travail de collecte, classement et valorisation de ces archives étudiantes.

 

Cette mission de préfiguration a également permis de renforcer l’appui des organisations nationales étudiantes à vocation représentative au projet : en décembre 2013, aux Archives nationales – site de Pierrefitte-sur-Seine, étaient réuni-e-s, autour de Paul Bouchet, des représentant-e-s de l’UNEF, la FAGE, l’UNI, PDE et SUD-Etudiant.

 

Avec l’appui d’autres structures privées liées aux mémoires et mouvements étudiants (associations d’anciens, mutuelles, GERME, …), nous avons intensifié cette démarche de mobilisation de tous les acteurs privés, individuels et collectifs, en faveur de la démarche d’intérêt général de la Cité en créant un fonds de dotation permettant de compléter concrètement les soutiens publics à la Cité.

 

En plus des soutiens réguliers de la région Ile-de-France, des Villes d’Aubervilliers et de Paris, en 2013, la Cité des mémoires étudiantes a signé une convention de partenariat avec le ministère de la Culture et de la Communication (Service interministériel des Archives de France/ Archives nationales) pour déposer ses fonds de dimension nationale aux Archives nationales, sur le site de Pierrefitte-sur-Seine. Elle espère pouvoir compter sur le soutien d’autres ministères, à commencer par celui chargé de l’Enseignement supérieur.

La Cité des mémoires étudiantes s’inspire également d’exemples internationaux : Musée européen des étudiants à Bologne (Italie), Musée de la vie étudiante à Assens (Suisse), le projet « mémoire du mouvement étudiant brésilien »… Autant d’exemples de réalisations, dans d’autres pays, … Et de réalisations exemplaires, chacune avec ses spécificités, et autant de partenaires pour une valorisation internationale des archives et mémoires étudiantes !